Journée d’études / (R)évolution : héritage, représentations et expériences contemporaines / Paris / 5 mai 2017

Réseau des Jeunes Chercheurs en Histoire Culturelle, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Date limite : 1er avril 2017

1917, l’année de la Révolution russe, l’année qui a changé le monde et dont les conséquences se font ressentir jusqu’à nos jours. Ce bouleversement de l’ordre politique et social n’a pas seulement une signification symbolique, mais une portée profonde inscrite dans la durée.

Pour le peuple russe, 1917 fut l’année des Révolutions : contre les privilèges réservés à la noblesse et une certaine classe sociale, contre la faim, contre la guerre, contre une classe politique corrompue et indifférente, contre l’exploitation des travailleurs et des paysans, et contre l’appropriation de leur travail, contre les révolutionnaires de salon et les intellectuels complices, c’est-à-dire contre l’ordre établi et son statu quo. Ces revendications, vieilles de cent ans, sont-elles toujours d’actualité ? Sont-elles différentes de celles des sociétés européennes d’aujourd’hui ?

Capitalisme ou communisme, économie planifiée ou libre marché, individualisme ou solidarisme, bloc occidental ou pays de l’Est, alliés des États-Unis ou de l’Union Soviétique, CIA ou KGB, démocratie ou totalitarisme, soumission ou révolte… Dans quelle mesure les analyses de l’histoire et de nos sociétés contemporaines sont-elles imprégnées des clivages de 1917 ?

Cent ans plus tard, quel est l’héritage de cette révolution? Comment définit-on aujourd’hui le concept de « révolution » ? Évoque-t-il toujours l’insurrection d’un peuple et un changement de régime ? L’idée de « révolution » est-elle devenue synonyme de l’évolution et du progrès, dans un sens scientifique, technologique et culturel ? La révolution, est-elle l’évolution ?

À l’occasion du centenaire de la Révolution russe, le Réseau de jeunes chercheur.e.s en Histoire Culturelle de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 constitué autour du séminaire d’Histoire culturelle / Circulation, réception, médiation dirigé par Svetla Moussakova consacre sa quatrième journée d’études à une réflexion autour de la (R)évolution, en tant qu’héritage culturel et en tant qu’idée ou concept. L’objectif est de s’interroger sur la Révolution russe et les expériences et perceptions contemporaines de la « Révolution » dans les sociétés européennes et méditerranéennes, dans une perspective pluridisciplinaire (Histoire, Science Politique, Linguistique) et pluridimensionnelle, abordant des questions sociales, culturelles, politiques et technologiques.

Les propositions en français ou en anglais comporteront un résumé de 3 000 – 5 000 signes espaces compris, ainsi qu’une bibliographie et une brève notice biographique. Elles doivent être envoyées avant le 3 avril 2017 à rjchc.paris3@gmail.com.

Le 10 avril, le comité d’organisation vous informera si votre proposition a été retenue.

Le résumé fera l’objet d’une publication sur notre carnet de recherche http://rhc.hypotheses.org/.

Nous privilégierons la diversité disciplinaire, la cohérence d’ensemble de la journée et l’originalité des propositions et des matériaux mobilisés.