Colloque international « 1917-2017 : Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe » / Bruxelles / 2-4 novembre 2017

Maison du peuple de Saint-Gilles

Co-organisé : CARCOB (Centre des Archives du Communisme en Belgique) / le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (ULB) / la Formation Léon Lesoil et l’Institut Marcel Liebman / l’Association des Amis de Jos Steiger (Lausanne) / la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales de l’ULB / la Fédération Wallonie-Bruxelles / la FGTB Fédérale / FNRS et de l’Université Populaire de Bruxelles

 La Révolution d’Octobre 1917, en rupture non seulement avec le tsarisme, la guerre, mais également avec la société bourgeoise libérale, a charrié d’immenses espoirs de transformation sociale en Russie. À des degrés divers, cette révolution a posé la question du pouvoir populaire (à travers les soviets, le contrôle ouvrier des entreprises), de la décolonisation, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, de la propriété privée (notamment de la terre), des droits et libertés des individus (divorce, avortement, homosexualité) et elle a vu naître toute une série d’expérimentations de « vie nouvelle » dans différentes sphères de la vie sociale (éducation, art, architecture, cinéma, urbanisme, etc.). Renversant l’ordre établi dans l’un des plus grands Etats du monde à une époque particulièrement troublée de l’histoire, elle a eu -comme la Révolution française en son temps- des échos et répercussions bien au-delà de son aire géographique propre. Son influence fut incontestablement mondiale. Par peur de sa contagion, les grandes puissances se liguèrent pour tenter de l’écraser. Quoi qu’il en soit, elle a rapidement glissé vers un système politique ultra-autoritaire, la liquidation du pluralisme politique et la mise hors la loi de tous les courants en dehors du parti bolchevik et finalement un monolithisme idéologique reposant sur la répression policière de tous les dissidents. La voie était dès lors ouverte au despotisme stalinien.

Depuis maintenant un siècle, elle déchaîne les passions dans les sens les plus opposés, de sa glorification comme « événement sacré » ouvrant la voie de la rédemption de l’humanité jusqu’à sa diabolisation en tant que « Mal absolu ». Dans ce cadre très polarisé -derrière lequel se cachent de multiples enjeux politiques, économiques et sociaux- les visions historiques non-idéalisées et intelligemment critiques de la Révolution russe trouvent difficilement leur voie.

Ce colloque se propose d’analyser et d’évaluer son influence sur les mouvements sociaux, anticoloniaux et révolutionnaires du XXème siècle, ainsi que certaines expérimentations nées de la Révolution russe elle-même. Il réunira d’éminents spécialistes internationaux qui traiteront de thématiques diverses autour des « Espoirs, utopies et héritages » de la Révolution russe, considérée avant tout – en dépit de toutes les mystifications- comme un immense mouvement social porteur de changements. »

Dans le cadre et autour du colloque, la Maison du Livre de Saint-Gilles organise du 25 octobre au 4 novembre un « Parcours dans l’univers artistique de la révolution d’octobre« , avec une exposition Octobre 1917, l’art s’engage (vernissage le 25 octobre  avec une introduction par Paul Aron et une visite commentée par le commissaire de l’exposition Patrick Moens), une soirée Maïakovski (le vendredi 27 octobre à 20h) et une soirée sur La révolution artistique et littéraire de 1917( samedi 4 novembre à 19h).

Programme

Plus d’information